Le mémorial Zomachi et la place du devoir de mémoire

Publié le 29 janvier 2018

En suivant, la route des esclaves, on passe à côté du Mémorial Zomachi. Ce monument symbolise la repentance et la réconciliation entre les familles qui ont pratiqué la traite des esclaves et celles des victimes.

HISTOIRE, POLITIQUE ET ECONOMIE

À mi-chemin de la route des esclaves de Ouidah, nous découvrons un endroit qui est ignoré des visites guidées pour touristes. Il fait pourtant partie de l’histoire de cette ville où des millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été déportés vers les Amériques, réduits en esclavage. C’est le Mémorial du Repentir dit Mémorial Zomachi, ce qui signifie en langue fon " le feu qui ne s’éteint jamais ". Sur le mur d’enceinte, une série d’images sculptées dans la pierre décrivent ces heures sombres de l’histoire du Bénin, la libération et le retour de certains esclaves et maintenant de leurs descendants.

C’est ici que chaque année, le troisième dimanche du mois de janvier, les familles des descendants d’esclaves et celles des marchands d’esclaves demandent pardon et œuvrent à la réconciliation.

Sources photographiques

Le Mémorial Zomachi est dédié à la réconciliation entre les descendants des familles qui ont pratiqué la traite négrière et celles qui en ont été victimes.
Le Mémorial Zomachi est dédié à la réconciliation entre les descendants des familles qui ont pratiqué la traite négrière et celles qui en ont été victimes.
Le mur d’enceinte raconte les étapes de la route des esclaves à Ouidah.
Le mur d’enceinte raconte les étapes de la route des esclaves à Ouidah.
Cette image illustre la déportation de millions de personnes d’Afrique pour une destination inconnue à l’époque.
Cette image illustre la déportation de millions de personnes d’Afrique pour une destination inconnue à l’époque.
Hommes, femmes et enfants étaient faits prisonniers puis ramenés à Ouidah pour être vendus comme esclaves.
Hommes, femmes et enfants étaient faits prisonniers puis ramenés à Ouidah pour être vendus comme esclaves.
À Ouidah ces personnes étaient vendues aux négriers européens qui les revendaient en Amérique.
À Ouidah ces personnes étaient vendues aux négriers européens qui les revendaient en Amérique.
Cette image représente l’arbre de l’oubli. Selon une croyance vaudou, si les hommes et femmes vendus tournaient autour, ils oubliaient leurs origines avant partir.
Cette image représente l’arbre de l’oubli. Selon une croyance vaudou, si les hommes et femmes vendus tournaient autour, ils oubliaient leurs origines avant partir.
Les esclaves arrivent à la plage où des pirogues les embarquaient vers les navires qui attendaient en haute mer.
Les esclaves arrivent à la plage où des pirogues les embarquaient vers les navires qui attendaient en haute mer.
Les chaines portées par les esclaves aux pieds, mains et cou. La bouche était bâillonnée.
Les chaines portées par les esclaves aux pieds, mains et cou. La bouche était bâillonnée.
Cette image symbolise les conséquences de l’esclavage : l’exportation de la musique africaine en Amérique, le culte vaudou, l’injustice, etc.
Cette image symbolise les conséquences de l’esclavage : l’exportation de la musique africaine en Amérique, le culte vaudou, l’injustice, etc.
Cette image représente les riches propriétaires qui achetaient les esclaves pour les plantations de canne à sucre en Amérique.
Cette image représente les riches propriétaires qui achetaient les esclaves pour les plantations de canne à sucre en Amérique.
Une illustration de la vie des esclaves une fois sur le continent américain.
Une illustration de la vie des esclaves une fois sur le continent américain.
Cette image représente la première révolte des esclaves en Haïti après une cérémonie de vaudou. Cette cérémonie de Bois-Caïman est considérée comme le début de la guerre d’indépendance en Haïti.
Cette image représente la première révolte des esclaves en Haïti après une cérémonie de vaudou. Cette cérémonie de Bois-Caïman est considérée comme le début de la guerre d’indépendance en Haïti.
Le Mémorial Zomachi est dédié à la réconciliation entre les descendants des familles qui ont pratiqué la traite négrière et celles qui en ont été victimes.
Le mur d’enceinte raconte les étapes de la route des esclaves à Ouidah.
Cette image illustre la déportation de millions de personnes d’Afrique pour une destination inconnue à l’époque.
Hommes, femmes et enfants étaient faits prisonniers puis ramenés à Ouidah pour être vendus comme esclaves.
À Ouidah ces personnes étaient vendues aux négriers européens qui les revendaient en Amérique.
Cette image représente l’arbre de l’oubli. Selon une croyance vaudou, si les hommes et femmes vendus tournaient autour, ils oubliaient leurs origines avant partir.
Les esclaves arrivent à la plage où des pirogues les embarquaient vers les navires qui attendaient en haute mer.
Les chaines portées par les esclaves aux pieds, mains et cou. La bouche était bâillonnée.
Cette image symbolise les conséquences de l’esclavage : l’exportation de la musique africaine en Amérique, le culte vaudou, l’injustice, etc.
Cette image représente les riches propriétaires qui achetaient les esclaves pour les plantations de canne à sucre en Amérique.
Une illustration de la vie des esclaves une fois sur le continent américain.
Cette image représente la première révolte des esclaves en Haïti après une cérémonie de vaudou. Cette cérémonie de Bois-Caïman est considérée comme le début de la guerre d’indépendance en Haïti.

Sources vidéo

La route des esclaves à Ouidah