« Plus on est confronté à la diversité et plus on est tolérant », Patrick Charlier

Publié le 6 janvier 2018

Patrick Charlier est le co-directeur francophone de l’UNIA, une institution publique indépendante interfédérale qui lutte contre la discrimination en Belgique. Il répond aux questions des globe-reporters Karaca, Elif, Yagmur, Burcu et Ecem du lycée Saint-Benoît à Istanbul.

Vivre ensemble

L’UNIA a une compétence interfédérale. Cela veut dire qu’elle est habilitée à agir en Belgique tant au niveau fédéral qu’au niveau des Régions et des Communautés. Nous avons obtenu un rendez-vous vendredi 22 décembre à 16h00. Les bureaux sont déjà fermés au public et le personnel est sur le point de partir en vacances quand nous arrivons. Nous serons le dernier rendez-vous de la journée. Patrick Charlier est en retard. Il termine une réunion dans une salle à côté. Il nous rejoint dans son bureau. Il consacre sa dernière demi-heure pour répondre aux questions des globe-reporters.

Patrick Charlier est le co-directeur francophone de l’UNIA

Sources sonores

  • Pouvez-vous vous présenter ?

  • Quels sont les principaux actes d’islamophobie en Belgique ?

  • Comment l’état belge se situe vis-à-vis des religions ?

  • Est-ce que vous avez vu une augmentation d’islamophobie ? Quelles sont les principales raisons ?

  • Question bonus : avez-vous des statistiques des agressions islamophobes en Belgique ?

  • Est-ce que les musulmans ont plus de problèmes que les chrétiens ou d’autres croyants face au principe de laïcité ?

  • Quelles sont les sources de l’islamophobie ?

  • Est-ce que les médias propagent une image négative de l’islam ?

  • Est-ce que l’islamophobie augmente au niveau européen ? Que fait l’Union européenne contre ce phénomène ?