La coopération entre l’Europe et la Turquie pour aider les réfugiés syriens

Publié le 21 décembre 2017

Natasha Bertaud est porte-parole à la Direction générale de la Migration et des Affaires intérieures à la Commission européenne. Elle représente le commissaire et son équipe chargés de ce dossier. Elle a répondu aux questions des globe-reporters Tansel, Emre, Ilayda et Biricik du lycée Saint-Benoît à Istanbul.

Institutions

La politique migratoire est une des compétences européennes, c’est-à-dire que l’Union peut légiférer dans le domaine. Nous sommes donc allés demander à ceux qui proposent les lois de répondre à vos questions. Et pour l’Union Européenne, ce sont, entre autres, les commissaires.

Dimitris Avramopoulos est le commissaire chargé des questions de migration au sein de la Commission. Mais ce n’est pas lui qui répond directement à nos questions. Il y a toute une équipe de porte-paroles pour le faire. C’est avec eux que nous avons pris contact via le site de la Commission.

Au bout de trois jours, David Knight, l’assistant presse de Natasha Bertaud a envoyé un mèl pour convenir d’un rendez-vous. L’interview s’est déroulée au sein de leurs bureaux, à l’intérieur du bâtiment Berlaimont sur la place Robert Schuman.

Natasha Bertaud

Sources sonores

  • Pouvez-vous vous présenter ?

  • Quelle différence y a-t-il entre les réfugiés et les migrants ?

  • Comment expliquez-vous le nombre limité de réfugiés acceptés en Europe par rapport à d’autres pays ?

  • Pourriez-vous faire la différence entre les réfugiés qui ont été acceptés en Europe et ceux qui sont restés en Turquie ?

  • Combien de temps, un migrant qui n’a pas le statut de réfugié peut rester dans un pays européen ?

  • Les réfugiés qui résident en Europe sont-ils hébergés dans des camps ou vivent-ils dans des conditions normales ?

  • Est-ce que les migrations pèsent sur l’économie européenne ? L’argent dépensé par un Européen dans la sécurisation des frontières, peut-il être dépensé autrement pour accueillir les migrants ?

  • Est-ce que les réfugiés qui vivent en Europe ont une protection sociale ?

  • Y a-t-il une différence de statut entre les Syriens qui vivent en Turquie et ceux qui vivent en Europe ?

  • Pensez-vous que les droits de l’homme sont violés par la politique migratoire de l’Europe ?

  • Les autorités turques ont commencé à donner la nationalité turque à des Syriens. L’Europe pourrait-elle faire la même chose ?

  • L’Union européenne s’est engagée à accueillir 72 000 Syriens dans son accord avec la Turquie. La Turquie en accueille 3 millions. Pourquoi cette différence ?

Sources vidéo

Expliquez-nous le métier de porte-parole de la Commisssion européenne