« Les ouvriers de Samsung ont longtemps travaillé 7 jours sur 7, 12 heures par jour »

Publié le 14 février 2017

Les globe-reporters du collège Utrillo à Paris souhaitaient obtenir des informations sur la manière dont sont produites les tablettes qu’ils utilisent. Pas évident d’approcher une entreprise aussi puissante, aux secrets industriels bien gardés.

Economie, histoire et politique

Dans quelles conditions travaillent les ouvriers des usines Samsung du Vietnam ? Un tel sujet ne se traite pas en une demi-journée ! Il faut d’abord se documenter.

- Je lis quelques articles 

- Je vois alors qu’une journaliste du Monde Diplomatique, Martine Bulard, a enquêté sur le sujet. Je prends contact avec elle, elle m’envoie des articles, des contacts. Nous échangeons par téléphone : elle me donne quelques infos

- Je demande aux journalistes vietnamiens s’ils ont des idées : tous me disent que ce n’est pas évident d’obtenir une autorisation, que ça prendra du temps

- Je demande à tous mes interlocuteurs interviewés pour cette campagne s’ils ont des infos, conseils. L’un d’eux est déjà entré dans les usines Samsung. Il me raconte les discussions avec les ouvriers. « Ce n’est pas Germinal, dit-il, en référence au roman de Zola qui décrit les conditions de travail effroyable dans les mines du nord de la France, au 18e siècle. C’est plus aseptisé. » 

- « C’est peut-être très aseptisé visuellement, nuance Martine Bulard. Mais ça ne veut pas dire qu’ils ne respirent pas des produits toxiques. Il y a ce qu’affiche Samsung et il y a les conditions de travail réelles d’un autre côté.  »

- J’envoie une demande de visite au service de presse de Samsung, restée sans réponse

- Le Têt arrive : avant, pendant et après, les Vietnamiens sont peu disponibles car absents ou débordés à cause du travail à finir. Cela ne m’arrange pas !

Je finis par interviewer Viet Anh Duong, directrice du centre de développement et d’intégration (CDI Vietnam) dont l’objectif est de construire une société dans laquelle les pauvres, les femmes, les hommes et les enfants sont respectés et traités de manière juste dans un contexte de croissance économique rapide du Vietnam et de l’Asie.

Son ONG a mené une étude il y a 4 ans auprès des ouvriers de Samsung. A l’époque, ces derniers disaient travailler 12 heures par jour, 7 jours sur 7. En allant chez Samsung, ces ouvriers gagnent mieux que dans les rizières ou les autres usines, à savoir entre 250 et 330 dollars par mois, voire plus s’ils travaillent davantage, ce qu’ils font.

Des entreprises green, clean, cool ? Pas du tout.

La plupart ont entre 18 et 22 ans selon Viet Anh, et il existe un gros turn-over. « Ne nous leurrons pas, insiste-t-elle. Le travail dans ces entreprises des nouvelles technologies, dites green, clean, cool, présente en fait des risques pour les employés. »

Samsung possède deux entreprises, toutes deux situées à une heure environ de Hanoi, dans les provinces de Bac Ninh & de Thai Nguyen. Selon Viet Anh, ces entreprises emploieraient près de 50.000 employés. 

La situation semble s’être améliorée depuis 2013, souligne Viet Anh : à présent, les ouvriers travailleraient bien 12h par jour, mais 5 jours sur 7. « De toute façon, c’est très difficile de sortir des infos sur Samsung, nous dit Viet Anh. Les salariés ont peur de parler, et quand un article est publié en ligne, rapportant des troubles ou des accidents du travail, il est immédiatement retiré. » 

Le Vietnam, ne l’oublions pas, est considéré comme l’un des pays les plus corrompus au monde. 

 

Sources photographiques

Viet Anh Duong, directrice du centre de développement et d’intégration (CDI Vietnam)
Viet Anh Duong, directrice du centre de développement et d’intégration (CDI Vietnam)
Le géant sud-coréen, Samsung, possède deux usines au Vietnam.
Le géant sud-coréen, Samsung, possède deux usines au Vietnam.
Quelques 50 000 salariés travaillent dans les deux usines vietnamiennes.
Quelques 50 000 salariés travaillent dans les deux usines vietnamiennes.
Viet Anh Duong, directrice du centre de développement et d’intégration (CDI Vietnam)
Le géant sud-coréen, Samsung, possède deux usines au Vietnam.
Quelques 50 000 salariés travaillent dans les deux usines vietnamiennes.

Sources sonores

  • Pouvez-vous vous présenter et présenter votre organisation ?

  • Votre dernière étude sur Samsung au Vietnam date de 2013, pourquoi n’y en a t-il pas eu d’autres depuis ?

  • Que représente l’entreprise Samsung au Vietnam ?

  • Pourquoi est-ce si difficile d’avoir des informations sur la firme ou de se rendre à l’intérieur des usines ?

  • Est-ce que les conditions de travail sont bonnes ?

  • Certains interlocuteurs nous ont dit que les conditions de travail au sein de l’usine étaient "propres" ? Est-ce que vous confirmez ?

  • Est-ce que les salariés gagnent un bon salaire ?

  • Quelle est la moyenne d’âge des salariés ?

  • Où se situent les deux usines ?

  • Est-ce que les salariés veulent améliorer leurs conditions de travail ?

  • Quel est l’âge légal minimum pour travailler ?

  • Est-ce que les salariés ont droit à des arrêts maladie ?

  • Est-ce que vous avez connaissance de graves accidents de travail ?

  • Quels sont les emplois pourvus dans l’usine ?

  • Est-ce que les salariés travaillent le dimanche ?

  • Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Téléchargements

Les partenaires de la campagne

  • CLEMI
  • Fondation SNCF
  • Ambassade de France au Vietnam
  • Institut Français du Vietnam